Face aux violences policières: s’organiser Réunion publique mercredi 4 mai 17H Bourse du travail Paris

L’appel issu de la tribune « Un pouvoir qui matraque la jeunesse est faible et méprisable » a rencontré un large écho et plus de mille personnes l’ont signé publiquement. Vous retrouverez l’ensemble des signatures sur ce blog, ici (nous continuons à en recevoir à l’adresse stopviolencespolicieres@laposte.net) :

http://stoprepression.unblog.fr/2016/04/18/signataires/

Depuis, la violence policière que nous avons ensemble dénoncée n’a cessé de s’accentuer : matraquages extrêmement violents y compris sur des personnes à terre, gazages sur des cortèges nassés, brutalités diverses. Comme les rassemblements d’aujourd’hui l’ont encore durement éprouvé, il n’est plus possible de manifester sans risquer une répression violente.

Nous souhaitons que ce texte ne demeure pas qu’un texte. Il y a beaucoup à faire : recueillir des témoignages et collecter toutes les informations, prises de position, communiqués sur le sujet, contribuer à la défense collective et à l’organisation d’initiatives communes, en bref : rassembler nos forces, avec tous les collectifs déjà existants, les syndicalistes, militant.e.s, les jeunes mobilisé.e.s et toutes les personnes déterminées à combattre cette répression.

C’est pourquoi nous participerons à une première réunion d’élaboration, de travail et de coordination ce mercredi 4 mai à 17H Bourse du travail Paris (3 rue du Château d’eau M° République). Nous relayons ci-dessous le texte lancé pour préparer cette réunion.

N’hésitez pas à nous faire part de vos avis, idées, témoignages, textes, contribuant à cette mise en commun

Reçu de la CNT Région parisienne:

Alors que le mouvement contre la loi travail continue avec des blocus, des manifestations, des occupations et des Nuit Debout, le gouvernement y oppose une répression systématique.

Interpellations policières devant les lycées (Colombes, Bergson à Paris le 24 mars…) ; matraquages et violences (Nantes les 24 et 31 mars…) ; évacuations dans les facs occupées (Tolbiac le 17 mars, Rennes 2 le 15 avril…) ; manifestations empêchées et interpellations par dizaines ; peines de prison ferme avec mandat de dépôt à Paris, Lyon, Montpellier ; gazages systématiques (Vaulx-en-Velin, le 13 avril sur le périphérique…) ; interpellations au domicile et mise en examen de lycéen.ne.s (lycée Voltaire à Paris le 1er puis le 14 avril…) ; envoi de la troupe (Strasbourg le 9 avril…) ; encadrement des manifestations sur les côtés et en tête des cortèges avec doubles cordons de CRS ; utilisation de drones pour surveiller les manifestants (Paris, le 14 avril…) ; survol des manifestations et lâchage de gaz lacrymogènes par des hélicoptères  (Place de la Nation, à Paris, le 9 avril…) ; tirs répétés de flashball et de bombes de désencerclement ; barrage de CRS pour empêcher les manifestations syndicales d’arriver au terme de leur parcours autorisé (place de la Nation à Paris le 9 avril…). Le 20 avril, à Lille, c’est un local syndical qui est forcé et dévasté par la police au prétexte de « chercher des manifestant.e.s ». Aujourd’hui, les interpellations massives se multiplient, sans parler des bavures (un scooter renversé à Rennes le 28 avril par une voiture de police qui a pris la fuite …), des dizaines de blessés, dont un étudiant ayant perdu un œil à Rennes, deux militants CGT PSA Rennes et Tremery condamnés à de la prison ferme, deux cheminots CGT de Villeneuve St Georges en garde à vue après le 28 avril, le camion de Solidaire touché par des tirs de grenade lacrymogène et flashball à Marseille, évacuation ultraviolente de la République à Paris le 28 avril au soir, gazage et matraquage à l’Odéon des soutiens aux occupants du théâtre…

Nous devons répliquer politiquement à cette répression qui vise à faire peur, briser, diviser et empêcher la contestation.

Dans ce sens nous appelons toutes celles et ceux qui ont déjà entrepris d’organiser la défense collective des manifestant.e.s -le groupe Défense Collective à Paris, la Legal Team, les enseignant.e .s de Voltaire, les parents de Bergson- et tous les acteurs du mouvement social – les pétitionnaires de « Stoprépression », les collectifs de soutien aux victimes en régions, en banlieue, dans les quartiers ou à Paris-, les syndicats qui appellent à la grève, les partis qui dénoncent la loi Travail et les associations, le MILI, les parents d’élèves, les collectifs et les individus mobilisé.e.s, à se rassembler au sein d’ un collectif unitaire de soutien aux victimes de la répression du mouvement contre la loi Travail le mercredi 4 mai à 17h à la Bourse du Travail de Paris. Il s’agira d’organiser la solidarité financière, de promouvoir une défense collective et politique dans les tribunaux, de communiquer largement auprès du plus grand nombre pour dénoncer les exactions, les abus et la répression policières, d’appeler à des rassemblements de soutien les jours de procès (plusieurs sont déjà prévus en mai), d’ empêcher la répression administrative dans les lycées et les facs, de mutualiser nos forces et de coordonner nos initiatives. 

Laisser un commentaire

Citationstexte |
autonome |
Avocataix |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Troublecanceller
| Kanimezin
| Passages de Lumière